Faustine – Tremplin Découverte avec Fouch Trio – Los Fralibos – Thaïs

JEUDI 05 OCTOBRE 2017 19h30
Retour Voir le programme
Lieu : Théâtre du Bois de l'Aune
AIX EN PROVENCE
Tarifs : 12€ et Carte Privilège
Placement Libre
Site web :
N.C

Toute jeune, je chantais dans la chorale du conservatoire de Nîmes. En grandissant, j’ai eu envie de prendre des cours de chant mais on ne peut pas en prendre au conservatoire car ce sont forcément des cours de chant lyrique et ils estiment à juste titre que ce n’est pas possible avant 18 ans.

J’ai donc pris des cours particuliers dans une école privée, je l’ai fait durant plusieurs années et c’était très chouette. J’ai participé à quelques spectacles, je suis monté sur scène et je me suis rendu compte que c’était ce qui me plaisait. Mon bac en poche, je suis monté à Paris et j’ai étudié à l’Institut des Arts de la Scène qui m’a permis d’approfondir la technique vocale et de bosser mon interprétation à raison de 15 heures par semaine. Comme j’écrivais, je me suis lancée. J’ai trouvé des copains pour bosser la musique et cela s’est fait petit à petit et depuis je suis sur scène, c’est une concrétisation d’un premier projet.

Comment nous présenterais-tu ton univers ?
Mon univers a évolué. Quand je suis arrivée sur Paris, j’avais souvent des mélodies assez jazzy. Aujourd’hui, je tends vers des sonorités plus electro et plus rock. Je ne l’ai pas réfléchi, cela s’est fait de manière naturelle par le biais de mon évolution personnelle. Je suis arrivée en septembre 2007 et nous sommes en 2016, je me rends compte que ma musique m’a suivie et a évolué. Je pense que les rencontres musicales et professionnelles font bouger également car j’ai découvert de nouveaux univers.

La chanteuse est-elle différente de la comédienne ?
Oui car la comédienne est au service d’un personnage, d’une situation, d’un texte ou d’un metteur en scène. La comédienne essaye de donner corps à un personnage; la chanteuse puise dans ses propres expériences et son propre vécu même si le «je» dans une chanson n’est pas forcément autobiographique. La chanteuse a moins de filtres avec la personne que je suis et en tant que comédienne, la personne que je suis est déjà dans le personnage. Quand je joue, ce sont deux personnes qui se rencontrent, il y a mes émotions et celles dictées par un personnage ou par un texte.

Que retrouve-t-on dans tes textes et quel univers défends-tu ?
Mon univers est celui de la chanson française. On me dit souvent que dans mes derniers textes, on y retrouve de la tristesse ou de la mélancolie, j’y ai un regard un peu triste sur le passé alors que moi j’ai la sensation que rien n’est grave, que ce sont juste des constats. Je n’ai pas envie de raconter du drame mais des instantanés de ce j’ai pu traverser ou d’une situation qui m’a marquée. Il y a pas mal de chansons qui parlent d’amour ou de désamour mais cela va avec la vie.

Peux-tu nous parler de la création de ton titre « Je Ne Te Dirai Pas » ?
Cette chanson n’était pas du tout au départ ce qu’elle est maintenant. Nous étions partis avec mon guitariste dans quelque chose de léger au niveau de l’accompagnement et cela ne collait pas. Nous sommes repartis sur du rien, nous avons gardé la mélodie que j’avais trouvé.

On a farfouillé et on a essayé des choses en résidence avec mon guitariste, ma violoniste et mon bassiste. Je me rappelle d’un moment très convivial où l’on s’arrachait un peu les cheveux; nous avons fait une pause, on a été manger, boire un coup et avec un petit coup dans le nez, on y est retourné et on a trouvé des choses chouettes! J’ai ensuite concrétisé les arrangements avec Raphael Archambault.

Qu’en est-il de l’histoire contenue dans le texte ?
J’ai commencé à écrire ce texte il y a environ deux ans en pensant à quelqu’un, je l’ai écrit en plein dans le sentiment et l’état dans lequel j’étais. J’ai du mal à me mettre à une table pour écrire, les mots me viennent naturellement et n’importe où, cela peut être la nuit, dans la rue…Parfois, j’ai une phrase qui me vient dans un rêve et j’arrive à me réveiller pour la noter, ce qui est rare mais cela m’est arrivé.

Pour cette chanson, c’est sorti un peu comme quelque chose qu’il fallait que je vomisse même si le mot n’est pas beau, cela m’a peut-être aidé car je ne pouvais pas dire ses mots-là et c’est là que m’est venu le titre « Je Ne Te Dirai Pas » qui est apparu comme un leitmotiv. J’ai écrit les deux premiers couplets et puis plus rien. La suite est venue naturellement l’année dernière car j’ai vécu la même situation de nouveau. Je me suis dit tu galères mais au moins tu as terminé une chanson (rires).

Peux-tu nous raconter le clip l’illustrant ?
Ce clip tout comme mon premier clip a été réalisé par mon frère avec la même équipe technique top, ma sœur aux costumes, maquillages et décors, mon beau-frère à la production et à la machinerie, des copains figurants au top qui ont bien voulu participer et faire la teuf à 11 heures du matin (rires) et enfin, des potes comédiens ainsi qu’un danseur en qui j’ai une totale confiance. Nous avons tourné le clip en deux jours à Paris.

Pour le scénario, j’avais une idée de l’ambiance que je voulais et qui contraste avec mon premier clip qui était plus solaire. Je voulais coller au texte et raconter une histoire sans être trop précise afin que les spectateurs puissent y mettre leurs propres vies et expériences. Nous avons tous réfléchi ensemble.

« Je Ne Te Dirai Pas » introduit-il un EP ou un album ?
On travaille sur un EP de quatre originaux et on espère pouvoir le sortir à la rentrée.

Que ressens-tu quand tu montes sur scène afin d’interpréter tes propres titres ?
C’est un bonheur immense! Il y a des concerts où ce que je ressens est même assez étrange. Je me souviens de ma première partie du groupe L’Homme Parle à La Boule Noire, c’était un set d’une demi-heure et quand je suis sortie de scène, c’était comme si j’étais en transe, comme si j’étais sortie de moi et il m’a fallu un temps fou pour revenir à moi.

Je crois que je n’avais jamais été aussi connectée avec le public et avec moi-même. J’ai ressenti un bien-être intérieur que j’aurais aimé garder durant des heures. La scène est synonyme pour moi de partage avec les gens et avec mes musiciens.

Extraits :

Où es-tu ?

 

Marécages

 

Je ne te dirai pas

 

En t’attendant

#fcfaix15
Soutenez le festival

Pour que la qualité de notre événement et de nos programmations perdure, nous recherchons constamment des partenaires, des mécènes, des amoureux de la chanson française qui, par leur généreuse participation, entretiennent cette magnifique promotion de nos artistes chantant dans la langue de Molière.

Si vous aussi vous souhaitez aider le Festival de la Chanson Française en faisant un don

Cliquez ici
Les partenaires du festival

Création site internet : Simplewebsite